Classement © Tennis Club de Cormeilles-en-Vexin

Votre classement

Classement mis à jour en Septembre 2019

Prochain classement mensuel 10/2019

————————–

5 FEMMES

————————–

DEPAUX Gaëlle 30/2

30/2 en 2010

ROUSSE Virginie 30/2

30/1 en 2002

LERMENIER Céline 30/3

30/3 en 2008

POUPAR Sandrine 30/5

30/5 en 2019

CARRIE Joelle 40

30/2 en 2004

————————–

14 HOMMES

————————–

MAHIEU Cédric 15/5

15/3 en 2016

LABRUNE Julien 30

15/3 en 2005

RIMBERT Nicolas 30/1

30/1 en 2018

CAPSIE Yann 30/1

30/1 en 2019

MAHIEU Quentin 30/2

30/2 en 2018

HAUGOU Alexis 30/3

30/3 en 2018

EMERIT Geoffrey 30/4

30/3 en 2018

DEPAUX Alain 30/4

30/4 en 2006

WEBER Eric 30/4

30/4 en 2018

GUERINET Ludovic 30/4

30/4 en 2019

LERMENIER Gwenael 30/5

30/5 en 2018

FOURNIER Cyril 30/5

30/5 en 2016

SERON Thierry 30/5

30/3 en 2015

PARADE Tristan 40

30/4 en 2018

Le classement par séries

4e série
40 ; 30/5 ; 30/4 ; 30/3 ; 30/2 ; 30/1
3e série
30 ; 15/5 ; 15/4 ; 15/3 ; 15/2 ; 15/1
2e série
15 ; 5/ 6 ;  4/6 ; 3/6 ; 2/6 ; 1 /6 ; 0 ; -2/6 ; -4/6 ; -15
du numéro 31 au numéro 100 chez les hommes
de la numéro 21 à la numéro 60 chez les femmes
1ère série
du numéro 1 au numéro 30 chez les hommes
de la numéro 1 à la numéro 20 chez les femmes

L’origine de ce classement

Ce type de classement tient son origine de l’ancien système de comptage des points qui pénalisait les joueurs mieux classés et avantageait les joueurs mal classés, afin d’équilibrer les chances de chacun. La base de ce handicap était appelée niveau 0. La hiérarchie des handicaps était la suivante:

– le joueur de niveau 1/6 partait avec un point de bonification, 1 jeu sur 6. C’est-à-dire qu’il démarrait le jeu en question avec un score de 15/0 en sa faveur et ainsi de suite pour les niveaux 2/6, 3/6.

– le joueur de niveau 15 débutait tous les jeux avec un score de 15/0 en sa faveur.

– le joueur de niveau 15/1 partait avec 2 points de bonification 1 jeu sur 6, soit un score de 30/0 en sa faveur et 5 jeux sur 6 avec un seul point de bonification, soit un score de 15/0 et ainsi de suite pour les niveaux 15/2, 15/3, 15/4, 15/5.

– le joueur de niveau 30 recevait 2 points de bonification (30/0 en sa faveur) à tous les jeux du set (6 jeux sur 6).

Pour les niveaux de jeu négatifs (les meilleurs joueurs), le principe était également appliqué, sauf qu’il s’agissait d’une pénalité au lieu d’un bonus. Ainsi, toujours dans le cas d’une rencontre avec un joueur 0 :

– le joueur de niveau -2/6 partait avec 1 point de pénalité, 2 jeux sur 6, soit un score de 15/0 en sa défaveur (ou 0/15).

– le joueur de niveau -4/6 : 1 point de pénalité, 4 jeux sur 6.

– le joueur de niveau -15 : 1 point de pénalité 6 jeux sur 6, soit tous les jeux du set, pour un score de 15/0 contre lui (ou 0/15).

Le calcul des points

Le classement est défini à partir d’une méthode unique de calcul, celui des étapes successives. Ce principe est défini en fonction du futur classement de chacun des adversaires et d’après les barèmes et normes fixés par le Bureau fédéral. A l’issue de la phase de calcul, les joueurs sont confirmés à l’échelon calculé ou non.

Les points sont calculés en fonction de deux critères: l’ancien classement et ce que l’on appelle le V-E-2I-5G (ratio de victoire/défaite selon certains critères précis).
Ainsi, un nombre de points est tout au long de l’année attribué après chaque victoire selon un barème :

– Victoire à échelon égal : 60 points (ex: un 30/2 bat un 30/2)
– Victoire à +1 échelon : 90 points (ex: un 30/2 bat un 30/1)
– Victoire à +2 échelons et au-dessus : 120 points (ex: un 30/2 bat un 30)
– Victoire à 1 échelon en-dessous : 30 points (ex: un 30/2 bat un 30/3)
– Victoire à 2 échelon en-dessous : 20 points (ex: un 30/2 bat un 30/4)
– Victoire à 3 échelons en-dessous : 15 points (ex: un 30/2 bat un 30/5)
– Victoire à 4 échelons en dessous: 0 point (ex: un 30/2 bat un 40)

L’évolution du classement

Le joueur est proposé à l’échelon le plus haut auquel il peut prétendre, c’est-à-dire au classement de l’adversaire le mieux classé qu’il ait battu au cours de l’année. C’est ce que l’on appelle le Pmax, soit classement maximum qu’il peut atteindre. Ainsi, le joueur sera placé à son Pmax et descendra jusqu’à ce qu’il ait le nombre de points requis pour être stabilisé à un échelon. La descente est limitée à un échelon pour tout licencié. À l’inverse, un joueur ne peut pas monter plus haut qu’un échelon au-dessus du classement d’origine de ceux qu’il a battus (seuls les joueurs de 4e série peuvent monter de deux échelons).

Que se passe t-il si un joueur est inactif durant une ou plusieurs années ou si une joueuse tombe enceinte ?

Un joueur ou une joueuse qui décide d’arrêter la compétition sera rétrogradé d’un classement par année (s’il conserve sa licence ; sinon, il en perdra deux). Par exemple, un joueur classé 30/2 en 2015 qui aurait décidé d’arrêter durant un an le tennis, reprendra la compétition en 2016 en étant classé 30/3.

Les joueuses classées peuvent bénéficier, en cas de maternité, d’une mesure de blocage de leur classement. Pour cela, elles doivent transmettre une photocopie de la licence de l’année sportive en cours et un certificat médical attestant la grossesse.